Image default
Afrique

Guinée Bissau : Le président Embalo limoge cinq ministres du gouvernement de Nuno Nabian

qui a démissionné pour “raisons personnelles”, selon un décret rendu public.

Le chef de l’État a disculpé les ministres de la défense, Sandji Fati, de l’Intérieur, Botche Candé, de l’Économie, de Victor Mandinga, de l’Agriculture, d’Abel da Silva Gomes, et des Ressources naturelles et de l’Énergie, Jorge Malú.

“Les fonctions des ministres exonérés seront exercées par le Premier ministre jusqu’à de nouvelles nominations”, ajoute le décret, entré en vigueur aujourd’hui.

Sandji Fati, Victor Mandinga et Abel da Silva Gomes ont été élus députés par le Mouvement pour l’alternance démocratique de Guinée-Bissau (Madem-G15) et faisaient partie du gouvernement nommé par Umaro Sissoco Embaló, après avoir pris ses fonctions de président du pays et destitué l’exécutif dirigé par Aristides Gomes.

Jorge Malú et Botché Candé sont des députés élus par le Parti du renouveau social lors des dernières législatures.

Lorsqu’ils ont rejoint le gouvernement de Nuno Nabian, ils n’ont pas été remplacés à leurs sièges de députés, car il n’y avait pas de session plénière à l’Assemblée populaire nationale.

Vendredi, un autre adjoint du PRS a été démis de ses fonctions de directeur général des ports de Guinée-Bissau.

Le Parlement de Guinée-Bissau se réunira du lundi au 7 août pour discuter de la situation politique actuelle du pays et définir qui a la majorité parlementaire.

La Guinée-Bissau connaît une période de tension politique particulière avec le parlement guinéen divisé en deux blocs, tous deux revendiquant la majorité parlementaire et défendant leur droit à former un gouvernement.

La crise politique s’est aggravée faute d’entente entre les différentes parties pour former un gouvernement, jusqu’au 22 mai, respectant les résultats des élections législatives de 2019, remportées par le PAIGC.

Le délai imparti par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a arbitré la crise politique dans le pays, n’a pas été respecté, ni le délai du 18 juin fixé par le chef de l’État guinéen, Umaro Sissoco Embaló.

Le président guinéen, qui a reconnu avoir dissous le Parlement en cas de désaccord entre les différentes factions politiques, a déclaré qu’il attendrait la session plénière prévue pour lundi, où il sera déterminé qui a la majorité parlementaire.

Le PAIGC a remporté les assemblées législatives de mars 2019 sans majorité et a conclu un accord d’incidence parlementaire avec l’APU-PDGB, le Parti de la nouvelle démocratie et l’Union pour le changement, obtenant 54 des 102 sièges au Parlement.

Au début de la législature, le chef de l’APU-PDGB, Nuno Nabian, est devenu incompatible avec le PAIGC et a rejoint le Mouvement pour l’alternance démocratique (Madem-G15), la deuxième force politique du pays, avec 27 députés, et le Parti Renouveau social, qui a élu 21 députés.

Malgré la nouvelle alliance, quatre des cinq députés de l’APU-PDGB ont maintenu leur fidélité à l’accord d’incidence parlementaire signé avec le PAIGC.

Le PAIGC a confirmé aujourd’hui qu’il ne participerait pas à la session prévue lundi.

Related posts

Covid-19 : un vaccin testé en Afrique du Sud, une première sur le continent

Aida dada

Orange intéressé par les investissements en Afrique

Aida dada

“Bande de lâches” : Eto’o se lâche après l’arrestation musclée d’une femme noire enceinte en France

Mame oumy

Laisser un commentaire