Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 9 485 autres abonnés

ACTUALITÉS

faits divers

Cameroun – Égypte, c’est le duel tant attendu des demi finales de la CAN 2021. Avant cette rencontre, Mohamed Salah s’est exprimé.

À domicile, le Cameroun est presqu’intouchable. Depuis plusieurs années, les Lions Indomptables restent invaincus sur ses terres. La preuve, ils n’ont perdu le moindre match depuis le début de la CAN. En se référant à ça, Mohamed Salah avoue que ce ne sera pas une partie de football aisée ce jeudi.

« Le Cameroun ? Ce sera difficile. On sait qu’ils n’ont plus perdu chez eux depuis plus de 40 ans« , a-t-il déclaré.

Ce jeudi, le Cameroun affronte l’Egypte au stade Olembe sous les coups de 19h GMT pour une place en finale de la CAN 2021.

Demain, mercredi 2 février, le Burkina Faso défiera le Sénégal en demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021. Pour ce choc, les Etalons du Burkina enregistrent deux bonnes nouvelles.

La première est qu’aucun joueur burkinabé n’a été testé positif au coronavirus. En effet, tous les tests effectués par le service médical de la CAF sont revenus négatifs. Kamou Malo pourra donc compter sur l’ensemble de ses éléments.Sélectionné pour vous :Barrages Mondial 2022 : Sénégal vs Egypte au « stade du Sénégal » ? La réponse du ministre des Sports

L’autre bonne nouvelle, ce sont les retours de blessure de Issoufou Dayo, capitaine du Burkina, et du vice capitaine, Bertrand Traoré. Les deux joueurs seront disponible face au Sénégal, d’après les informations de LeFaso.net.

Seul Dango Ouattara sera absent face aux Lions de la Téranga, après avoir écopé d’un carton rouge face à la Tunisie pour un coup de coude sur la tête de Ali Maaloul.

Dimanche soir, le Sénégal s’est imposé sur un score de trois buts à un en quart de finale de la Coupe d’Afrique des nations contre la Guinée Équatoriale grâce à des buts de Diedhiou, Kouyaté et Ismaïla Sarr.

Sadio Mané, auteur d’une belle performance et d’une passe décisive pour Famara Diedhiou s’est confié sur les ambitions de son équipe avec les demi-finales.

Le joueur de Liverpool n’a pas caché son envie d’aller “au bout” avec les Lions de la Téranga : “Avec la qualité que nous avons, ne pas penser à la finale serait une erreur. Il faut le reconnaître, on ne va pas se voiler la face, on sait de quoi on est capables. Bien sûr, on sait que ça ne va pas être facile, il y aura des obstacles devant nous, mais on s’y est préparé. L’objectif est d’aller jusqu’au bout pour pouvoir remporter ce trophée qui me tient à cœur.”Le Sénégal, qui n’a encore jamais remporté la compétition dans son histoire, affrontera le Burkina Faso mercredi soir en demi-finale. Les Lions de la Teranga visent une deuxième finale consécutive, deux ans et demi après la défaite contre l’Algérie au Caire.

Can 2021 : » J’aurai pu revenir dans un cercueil… » les terribles confessions de l’arbitre Janny SikazweFrappé par une série de moqueries après avoir précipitamment interrompu à deux reprises la rencontre Mali-Tunisie de la troisième journée de la Can( victoire 1-0 du Mali), l’arbitre Zambien a refait le film de cet événement qui aura marqué la CAN 2021.

Le 12 janvier 2022 une affaire rocambolesque a secoué le monde du football africain. L’arbitre zambien Janny Sikawze venait d’interrompre avant l’heure la fin de la rencontre Mali-Tunisie et à deux reprises. Une première à la 85e et une seconde juste à la fin de la rencontre.

Et pourtant cette situation inédite aurait pu être fatale au Zambien de 42 ans qui s’est confié au quotidien sportif l’équipe.

« Quand je suis arrivé à Limbé (Cameroun), il faisait très chaud, avec un taux d’humidité terrible, de plus de 80%. Dès mon échauffe- ment, c’était dur. J’avais beau prendre de l’eau, j’avais l’impression d’avoir toujours aussi soif. Et ça s’est détérioré au fil des minutes », assure l’arbitreZambien dans les colonnes du quotidien L’équipe.

Il poursuit :

« J’ai repris la seconde période aussi fatigué que lorsque j’ai fini la première période et j’ai commencé à perdre mes repères. J’étais confus et je ne me rendais compte de rien. Je n’entendais plus mes assistants qui m’ont dit qu’ils essayaient de me joindre, de m’aider car ils voyaient que quelque chose n’allait pas. Je n’ai même pas eu l’impression qu’ils me par- laient. Je n’en ai aucun souvenir. J’étais dans mon monde, coupé de mes assistants. Même aujourd’hui, je ne vois toujours pas. Ils m’ont certainement parlé mais ça ne connectait pas. C’est la première fois que je res- sentais ça dans ma carrière.»

J’aurais pu revenir dans un cercueil

Envoyé par l’instance continentale à l’hôpital le lendemain du match pour passer une batterie de tests, d’examens du sang, du cœur et d’échographie, le juge dit échapper à une situation bien plus grave.

« Ils ont appelé ça un coup de chaud mais ça aurait pu être bien plus grave. À cinq minutes près, je pouvais tomber dans le coma, m’ont-ils dit à l’hôpital. J’aurais pu rentrer dans un cercueil », se désole t’il en apprenant tout ce qui s’est dit sur lui malgré une situation qui pourrait être tragique.

Augustin Senghor souhaite l’homologation du Stade du SénégalLe Sénégal doit préparer sa réception contre l’Egypte pour le compte des barrages pour la Coupe du monde 2022 prévue au Qatar.
Selon les informations livrées par »La Tribune », cette rencontre devrait se tenir dans la nouvelle infrastructure sportive, Stade du Sénégal dont l’inauguration est prévue le 22 février prochain.
Toutefois, le président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf), Augustin Senghor veut que le Stade du Sénégal soit homologué avant les barrages. ‘’La Fédération sénégalaise de football travaille d’arrache-pied avec la CAF pour homologuer le stade afin qu’on puisse y tenir ce match Sénégal Vs Egypte au mois de mars prochain’’, a-t-il fait savoir, lors de sa visite, aux journalistes sénégalais présents à Yaoundé pour couvrir la CAN.
A noter que les matchs de barrages se dérouleront les 24-25 mars (aller) et 28-29 mars (retour).

Durant la coupe d’Afrique des nations, c’est sur les réseaux sociaux que le supporters et autres spécialistes jouent les prolongations, surtout pour les actions litigieuses. Et c’est la cas pour Demba Bâ, l’ex international sénégalais et Nabil Djellit.

Les deux hommes ne sont pas sur la même longueur d’onde à propos de la main de Kalidou Koulibaly sur laquelle l’arbitre avait sifflé pénalty, avant de revenir sur sa décision. «Y a peno (Ndlr: Il y a pénalty) pour la Guinée Équatoriale… Entre la Tunisie hier et là, on frise l’incompétence maximale pour ne pas dire plus», a posté Nabil Djellit  le journaliste de France Football.

Demba Bâ, qui ne partage pas du tout cet avis, lui portera la réplique : «Nabil quand même. Le bras dans le prolongement du corps, tu ne peux pas être sérieux la ???». Mais, le journaliste revient à la charge : «Il y a penalty parce qu’il y a un agrandissement de la surface du corps. Le bras n’est pas collé à son tronc.»

L’ex attaquant des lions demande plutôt au journaliste, de parler d’une autre action litigieuse, en faveur du Sénégal : «Par contre j’attends ton tweet sur le penalty oublié sur le corner de la 71ème». «Désolé, je l’ai pas vu. Pour info, je ne suis pas contre le Sénégal. Au contraire. Mais voilà, l’arbitrage est souvent douteux en Afrique. Et ça me rend dingue», calme Nabil Djellit.

Ce qu’en dit la FIFA

Faut-t-il siffler pénalty ou pas dans ce genre de situation ? Le débat fait tellement rage sur la question, que la Fifa avait réagi au terme de la 135 ème assemblée générale annuelle de l’International Football Association Board (IFAB). Elle a publié le 5 mars 2021 les amendements et clarifications retenus sur la Loi 12 sur les fautes et incorrections.

Ainsi, les membres de l’IFAB ont confirmé qu’un contact entre le ballon et le bras ou la main d’un joueur ne constitue pas nécessairement une infraction. Mais, il y a faute de main si un joueur «touche délibérément le ballon du bras ou de la main, par exemple avec mouvement du bras ou de la main vers le ballon ».

Il y a aussi faute si «le joueur touche le ballon du bras ou de la main en ayant artificiellement augmenté la surface couverte par son corps.»

L’équipe du Sénégal s’est entraînée, ce soir, au terrain annexe du stade Olembé, au lendemain de se qualification pour les demi-finales de la CAN 2021.

Cette séance est marquée par le retour de Ballo Touré, qui s’est entraîné seul. L’arrière gauche des Lions a recouru une semaine après sa blessure aux adducteurs, qui va l’empêcher de disputer le reste de la compétition.

Au même moment, Ismaila Sarr qui a rejoué hier plus d’un mois après sa blessure, s’est entraîné avec les titulaires. Mais l’entraînement de ces derniers n’a pas duré longtemps. Un décrassage suffit pour eux afin d’évacuer la fatigue après un match difficile disputé hier contre la Guinée équatoriale, en quarts de finale.

A l’exception de Bouna Sarr ménagé, le reste du groupe était présent à cette séance ouverte à la presse qui a vu la présence de beaucoup de journalistes.

Pour rappel, le Sénégal affronte le Burkina Faso, ce mercredi (19h GMT) au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, pour une place en finale de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations « Cameroun 2021.

https://youtu.be/OZTyzL68rro

À deux jours de leur demi-finale de CAN 2021, contre le Burkina Faso, les Lions du Sénégal ont travaillé les tirs au but, à l’entraînement.