Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 9 485 autres abonnés

ACTUALITÉS

Après la défaite des Los Angeles Lakers lors du match 3 de la finale NBA contre Miami (115-104) dimanche, LeBron James a assumé ses erreurs, lui qui a perdu huit ballons.

LeBron James (ailier des Los Angeles Lakers) : « On sait qu’on ne peut pas perdre le ballon contre cette équipe, très active en défense. Ça commence par moi, qui suis le meneur de cette équipe, qui a eu cinq ballons perdus en première mi-temps, huit sur le match. Je ne peux pas faire ça, c’est évident, parce que cela leur donne des possessions en plus et ça ne nous permet pas d’installer notre défense. J’en prends l’entière responsabilité. En fin de match (après que Los Angeles a repris l’avantage, 91-89 à la 40e), ils ont continué à mettre leurs tirs, nous à perdre des ballons et à ne pas rentrer les nôtres. Il faudra qu’on soit meilleurs sur les fins de match. Mais, même si on a mal joué, j’ai aimé la façon dont on s’est battus sur la fin ».

Frank Vogel (entraîneur des Los Angeles Lakers) : « Nos dix pertes de balle dans le premier quart-temps, c’était une question d’exécution, pas d’effort et il faut rendre hommage à leur défense. Ils ont fait un super match et ont forcé beaucoup de ces pertes de balle. Depuis le début, on a respecté cette équipe. Ça n’a pas changé après le match 1, ni après le match 2. Même avec des absents, on respecte toujours ce groupe. On devrait faire un meilleur boulot face à Jimmy Butler. Il a eu 40 points et 13 passes décisives, c’est ça ? Il faut qu’on identifie mieux les situations où aider sur lui et celle où il ne faut pas le faire ».

« C’est dur d’analyser ce qu’est vraiment Jimmy Butler jusqu’à ce qu’on le ressente sur le terrain »

Erik Spoelstra, après le triple double de Butler

 Tyler Herro (arrière du Miami Heat) : « Lors des matches 1 et 2, on a eu l’impression qu’on s’était fait bouger. Ils étaient plus physiques que nous, or ce n’est pas comme ça qu’on joue au basket dans cette franchise. Ce soir (dimanche), on savait que ce ne serait pas facile, mais on voulait mettre plus d’énergie, de concentration, jouer sans peur. On a fait du bon boulot de ce point de vue, mais ça ne suffira pas pour gagner cette finale. Le prochain match, il faudra avoir encore plus d’énergie et de concentration parce que eux (les Lakers) apporteront plus d’énergie de leur côté. Ils vont faire quelques ajustements et tout dépendra de comment on y répond. On est toujours le dos au mur ».

Erik Spoelstra (entraîneur du Miami Heat) : « C’est dur d’analyser ce qu’est vraiment Jimmy Butler jusqu’à ce qu’on le ressente sur le terrain. C’est un compétiteur ultime et on avait besoin de ça. On était dans une situation d’urgence dans ce match et il a répondu présent en attaque comme en défense, il a posé son empreinte sur le match. Il fait partie des joueurs les mieux préparés de la Ligue physiquement et ça s’est vu au fil des minutes. Mais ce n’est qu’un match, alors il faut savoir garder du recul. On ne s’attend à rien de facile. Il faut être capable de répondre avec intensité mais avec clairvoyance aussi. C’est ce qu’on essaie de faire ».

En déplacement à Montpellier pour le compte de la 6ème journée de Ligue 1, Nîmes Olympique y sera avec Moussa Koné. Absent contre l’Olympique Lyonnais à l’occasion de la 4ème journée et Lens (5ème journée) en raison d’une blessure à la cuisse, l’attaquant sénégalais fait son retour et pourra tenir sa place.

Ce n’est pas le cas de son compatriote Sidy Sarr ou encore de Sofiane Alakouch. Ils sont eux absents. Le premier souffre des adducteurs alors que le second a été touché à la cheville.

Elle le voulait depuis longtemps, et elle l’a obtenu. Samedi, Ons Jabeur a créé une petite surprise en se qualifiant pour les huitièmes de finale de Roland-Garros. Une qualification acquise par la Tunisienne après l’élimination en trois sets (7-6, 2-6, 6-3)  de la Biélorusse Aryna Sabalenka, tête de série n°8 du tournoi et récente demi-finaliste à Strasbourg.

« Je le voulais depuis longtemps. J’ai fait le troisième tour ici, en 2017, mais cette année était spéciale pour moi et je voulais être parmi les joueuses de la deuxième semaine », a confié la joueuse en conférence de presse.

C’est la première fois que la 35ème joueuse mondiale se qualifie pour les huitièmes de finale de cette compétition où elle affrontera à la vainqueur du match qui opposera ce soir, l’Américaine Danielle Collins (57e au classement WTA) et l’Espagnole Garbiñe Muguruza (15e). Et sans jouer les huitièmes, Jabeur se montre ambitieuse.

« Mon objectif en arrivant ici était de faire la demi-finale. Je continue sur cette voie. Je sais que j’ai les capacités de bien jouer. Je suis une joueuse différente sur le terrain, j’ai plus d’expérience en ce moment. Je vois que ce sera possible d’être parmi les meilleurs dans ce tournoi ».

Bombardier sera le prochain adversaire de Balla Gaye 2.
Le promoteur Gaston Mbengue a réussi à monter ce combat après l’échec de l’affiche qui devait opposer BG-2 à Gris Bordeaux.
Dans cette vidéo retransmise par nos confrères de Dakaractu, le Lion de Guédiawaye avertit son prochain adversaire.
Testé positif au Coronavirus, l’ancien joueur de Génération Foot a publié un message plein d’enseignements sur sa page Instagram.
 » Salut à tout le monde,J’ai été testé positif au Coronavirus Mais je voudrais vous rassurer que je me sens bien. Je n’ai pas de symptôme sévère. A cet effet, j’ai immédiatement été mis en quarantaine afin de bien récupérer. Pour votre santé et celle de vos proches, continuez à respecter les mesures barrières. Vous participerez à freiner la deuxième vague de contamination et ainsi empêcher la propagation de la Covid 19 dans le monde. Je reviendrai plus fort qu’avant ! Ensemble nous sortirons de cette épreuve ! « , a écrit le Lion de la téranga.
 

Le latéral Alessandro Florenzi a parfaitement lancé la victoire du PSG face à Angers (6-1) d’une sublime demi-volée. Son premier but avec le club de la capitale.

Zinédine Zidane, l’entraîneur français du Real Madrid, apprécie beaucoup le profil d’Houssem Aouar (OL). Les deux hommes ont échangé très récemment, mais l’opération ne sera pas simple à boucler.

Les Los Angeles Lakers ont dominé le Miami Heat (124-114), vendredi lors du Match 2 de la finale NBA, et mènent par deux victoires à zéro. Les Floridiens ont toutefois mieux joué que lors du premier match.

Les Los Angeles Lakers ont fait le break en finale NBA, remportant plutôt aisément le match 2 face au Miami Heat (124-114). Hormis 1’40 » dans les cinq premières minutes de jeu, les Lakers ont toujours mené au score dans cette partie, sachant accélérer à chaque fois que Miami a eu une bonne période. Même si la démonstration n’a pas été aussi impressionnante que lors du premier match (où l’écart était monté jusqu’à 32 points), le Heat n’a jamais pu revenir à moins de neuf points après la pause (101-92, 36e puis 108-99, 38e). Pour la première fois de sa carrière et à l’occasion de sa dixième tentative, LeBron James mène deux victoires à zéro en finale.

Privé de Bam Adebayo (blessé au cou et à une épaule) et Goran Dragic (pied), qui espèrent être de retour pour le match 3, le Heat, malgré beaucoup de courage et d’engagement, n’avait sans doute pas les armes pour renverser les Lakers. Kelly Olynyk, qui a « remplacé » Adebayo, même si Meyers Leonard avait été préféré comme titulaire (ne jouant que 9 minutes), a bien pesé en attaque avec 24 points. Mais sans son point d’ancrage, la défense floridienne a énormément souffert

Elle a, par exemple, concédé 16 rebonds offensifs dont huit pour le seul Anthony Davis qui s’est régalé dans ce contexte. Auteur de 34 points lors du premier match, l’intérieur s’est encore fait plaisir vendredi avec 32 points en seulement 20 tirs. Davis a entamé le match par un incroyable 13 sur 14 au tir, réussissant des shoots dans toutes les positions et situations, et ne connaissant un deuxième raté qu’après 33 minutes de jeu.

LeBron James accélère dans le dernier quart-temps

Donnant d’abord la priorité à son rôle de distributeur et d’organisateur (9 passes décisives et 9 rebonds), LeBron James a mis un coup d’accélérateur lorsque son équipe a eu du mal à rentrer ses tirs. Il a inscrit 10 de ses 33 points lors du quatrième quart-temps où les deux équipes ont pourtant connu une période de près de 3’30 » sans le moindre point (39e-43e). À noter également la belle performance de Rajon Rondo avec un double double à 16 points et 10 passes décisives, apportant énormément au jeu des Lakers, notamment lorsqu’il soulage James à la direction du jeu.

Pour Miami, Jimmy Butler n’a quasiment pas eu le loisir de sortir dans ce match. En 45 minutes (sur 48 possibles), l’ailier a cumulé 25 points, 13 passes décisives et 7 rebonds. Le genre de performance qu’il devra absolument reproduire (voire mieux si possible) pour donner une chance à Miami d’arracher le match 3, dimanche. Dans le cas contraire, le sort de cette finale sera sans doute joué, puisque aucune équipe n’a remonté un retard de trois victoires à zéro en play-offs.