Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 9 481 autres abonnés

ACTUALITÉS

people et buzz

Bonne affaire pour Dijon qui a remporté à domicile son huitième de finale aller face au Nijni Novgorod (88-73).

Dijon a parfaitement négocié son huitième de finale aller de Ligue des champions. Les Dijonnais ont pris le meilleur sur les Russes de Nijni Novgorod (88-73) grâce, notamment, à une grosse activité de David Holston (21 points, 6 passes). Le match retour aura lieu mercredi prochain en Russie. Si la JDA s’inclinait, la belle aurait lieu en Bourgogne le mercredi suivant, le 18 mars.

La Française Alizé Cornet s’est inclinée en trois manches (4-6, 7-6 [5], 6-2) face à la frappeuse italienne Camila Giorgi au deuxième tour de l’Open 6ème Sens de Lyon, ce mercredi. La bataille fut rude, intense, échevelée, décousue parfois, mais au moins, les deux joueuses n’ont pas fait semblant. Il faut dire qu’avec Camila Giorgi, ça ne tergiverse pas, ça pulse en continu ! Frappeuse infatigable, cogneuse irrépressible, l’Italienne (94e) a fini par user les fondations défensives et le jeu de contre d’Alizé Cornet, éliminée en trois sets au deuxième tour de l’Open 6ème Sens de Lyon ce mercredi (4-6, 7-6 [5], 6-2). Il y aura des regrets, forcément, pour la Française, même si l’Italienne, audacieuse et risque-tout, a souvent fait le jeu, les points et les fautes tout à la fois. Mais avec un premier set en poche, une longueur de balle quasi parfaite et peu de déchets, puis deux services à venir à 5 points à 4 en sa faveur dans le tie-break, la Niçoise ne fut pas loin d’empocher la mise. Mais elle sortait alors une double-faute au plus mauvais moment, avant que Giorgi ne balaie la ligne en revers, terminant le set sur un smash à reculons ! Le calendrier du tournoi Breakée d’entrée de troisième manche sur un coup de toucher en revers de l’Italienne – c’est rare mais ça arrive ! -, Cornet ne parvenait pas à revenir malgré une balle de débreak à 2-3. Et c’est donc l’Italienne qui file la première en quarts de finale de l’Open lyonnais.

Kylian Mbappé a déjà inscrit 30 buts en 2019-2020 avec le PSG. L’attaquant n’avait jamais atteint un tel total aussi tôt dans la saison en club. Par ailleurs, Lyon est sa proie privilégiée depuis le début de sa carrière, avec neuf buts en huit matches. Avec son retentissant triplé réussi mercredi à Lyon (5-1), en quarts de finale de la Coupe de France, Kylian Mbappé a déjà atteint le total de 30 buts cette saison, en 32 rencontres avec le PSG, auxquels il faut ajouter 13 passes décisives. Avec Paris, sachant que l’attaquant champion du monde (21 ans) a disputé 2 453 minutes jusqu’ici en 2019-2020, il marque toutes les 82 minutes et est décisif (buts + passes) toutes les 57 minutes. Au combiné, seul le phénomène norvégien Erling Haaland (19 ans) qu’il retrouvera mercredi prochain en huitièmes de finale retour contre le Borussia Dortmund (aller : 1-2) fait mieux cette saison en Europe (il est décisif toutes les 42 minutes, avec 40 buts et 8 passes). Sachant que l’équipe de France, où il totalise 13 buts en 34 sélections est comptée à part – il n’a pas marqué en Bleu cette saison, n’ayant disputé qu’un seul match, contre la Moldavie (2-1), le 14 novembre – Kylian Mbappé qui a inscrit cinq buts internationaux en 2018-2019 (dont deux avant le 5 mars) et huit en 2017-2018 (dont un seul avant le 5 mars puis surtout quatre en Coupe du monde, dont un en finale), se trouve bel et bien en avance sur ses temps de passage en club : En plus de son quadruplé (déjà infligé à Lyon, 5-0, le 7 octobre 2018 en L1), le triplé qu’il a réussi mercredi était déjà le sixième de sa carrière, et le premier en Coupe de France, sachant qu’il en a aussi « planté » trois en L 1 (avec Monaco contre Metz, 5-0, le 11 février 2017, puis avec le PSG devant Guingamp (9-0), le 19 janvier 2019 et… Monaco, 3-1, le 21 avril 2019), un en Ligue des champions (à Bruges, 5-0, le 22 octobre 2019) et un en Coupe de la Ligue (avec Monaco, contre Rennes, 7-0, le 14 décembre 2016). Sans surprise, avec le quadruplé évoqué plus haut et le triplé de mercredi, Lyon est la cible privilégiée de Kylian Mbappé, qui avait inscrit son premier but contre l’OL avec Monaco, en L1, le 23 avril 2017 (2-1 à Lyon). Mais l’attaquant parisien apprécie bien d’autres proies : Les 100 premiers buts de Kylian Mbappé en détail Enfin, rappelons qu’avec les totaux, ahurissants pour son âge (21 ans et deux mois), de 117 buts en 179 matches en club (0,65 but par match) et de 130 buts en 213 rencontres (0,61) en y ajoutant l’équipe de France, Mbappé a une avance conséquente, au même âge, sur deux grandes références, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Et ce, notamment en Ligue des champions, où il a déjà été décisif à 31 reprises en autant de matches (19 buts et 12 offrandes). Il y sera forcément très attendu mercredi contre le Dortmund de Haaland, avec lequel il ne serait pas surprenant qu’ils se stimulent mutuellement à battre des records durant les années à venir, comme « La Puce » et « CR7 » le font depuis plus d’une décennie… À quoi ressemblent les 100 buts de Kylian Mbappé en club ?

Un succès mercredi soir à domicile, mais à huis clos, face à Kazan, suffira à l’équipe de la Principauté pour assurer la première place de la poule et l’avantage du terrain en quarts de finale.

Premier ex-æquo de sa poule, l’ASM a la possibilité mercredi à domicile face aux Russes de Kazan, déjà qualifiés, de s’octroyer la première place du groupe et d’y ajouter l’avantage du terrain en quarts de finale.

La victoire des Lituaniens de Vilnius, mardi face à Galatasaray (83-75), a assuré la qualification de la Roca Team avant même son dernier match.

L’ASM et les Russes présentent le même bilan et il suffira aux Monégasques, vainqueurs à l’aller en Russie, de ne pas perdre pour terminer premiers. Mais la Roca Team devra évoluer devant des tribunes vides à la suite d’une décision du gouvernement de la Principauté visant à limiter la propagation du coronavirus.

En quarts, l’ASM devrait affronter Virtus Bologne ou Darussafaka Istanbul dont l’opposition est en suspens en raison de la situation sanitaire en Italie.

Olivia Époupa a remporté le titre de championne d’Australie avec les Canberra Capitals. En prime, la meneuse française a été désignée MVP des finales.

Carton plein pour Olivia Époupa. La Française et son équipe des Canberra Capitals ont remporté le Championnat d’Australie ce mercredi. Victorieuses 82-80 sur le parquet des Southside Flyers dimanche, elles ont soulevé le trophée de la Women’s National Basketball League (WNBL) au terme de leur succès 71-68 devant leur public.Cerise sur le gâteau pour Époupa : elle a reçu le trophée de MVP des finales. La meneuse de l’équipe de France a signé 16 points, 7 rebonds et 11 passes décisives lors du dernier match. Une soirée de rêve qu’elle a dédiée à sa mère dans un message posté sur son compte Twitter : « Celle-là est pour toi. Je t’aime maman ».

Privé de Djibril Camara jusqu’à la fin de saison, Bayonne a annoncé mardi l’arrivée immédiate de Setariki Tuicuvu, l’arrière fidjien de Clermont.

Bayonne a annoncé mardi l’arrivée d’un renfort immédiat : l’arrière de Clermont Setariki Tuicuvu a été recruté comme joker médical de Djibril Camara, indisponible jusqu’à la fin de la saison. Peu utilisé à l’ASM cette année, où il n’a été titularisé qu’à deux reprises en Top 14, pour cinq feuilles de matches, l’international fidjien de 24 ans (2 sélections) souffre de la concurrence au poste d’arrière en Auvergne, renforcée par l’éclosion de Cheikh Tiberghien, international U20 qui a connu sa première titularisation contre Agen.

Rayonnante en Fed Cup, redoutable en double, la Française est plus à la peine en simple. Mais dans un début de saison délicat, à l’image de son entrée en lice très moyenne mardi à Lyon face à Chloé Paquet, elle demeure résolument confiante.

Au moins, on ne peut pas lui enlever cela. Même quand les vents sont contraires, Kristina Mladenovic trouve toujours une branche à laquelle se raccrocher. Mardi, pourtant, face à Chloé Paquet, dans un premier tour à Lyon qui sentait le piège à plein nez et dans lequel elle faillit bien tomber (1-6, 6-2, 6-4), l’ex n°10 mondiale du temps de sa splendeur automnale en 2017 fit les choses très moyennement dans l’ensemble. Ce fut même assez désastreux au service, avec quatorze doubles fautes au total. « Je ne me l’explique pas moi-même. C’est un dérèglement tout simplement », constatait-elle à la sortie. Mais malgré cela, Mladenovic, en indécrottable optimiste, relevait d’abord ce qui avait marché et notait surtout qu’elle avait lutté jusqu’au bout et vaillamment. « Je n’étais pas forcément bien, mon niveau de jeu moyen n’était pas élevé, mais je retiens mon calme, ma positivité, ce qui m’a permis de ne pas paniquer. Je suis contente d’avoir bataillé. »

« Je me sens bien dans mes baskets »

Dans un début de saison à une seule victoire (jusqu’à mardi) en grand tableau, chaque petit caillou fait un chemin. Et le succès face à Chloé Paquet est bon à prendre pour une Kristina Mladenovic qui n’en finit plus de s’emmêler les sentiments depuis l’automne dernier. Héroïque à Perth, en finale de la Fed Cup, où elle porta les Bleues sur l’autel de la gloire, impériale en double, après avoir ajouté à Melbourne en janvier un quatrième Grand Chelem à sa collection avec sa partenaire, Timea Babos, Mladenovic coince sur le circuit en simple. Mais là encore, elle adoucit les choses.

« La Fed Cup fait partie des grands moments dans une carrière. C’est une adrénaline qu’on a envie de ressentir encore. Je n’ai absolument aucun contrecoup après ça. Ça donne énormément de confiance. Après, mon début de saison est comme il est, j’ai ajouté un nouveau titre du Grand Chelem en double, ce n’est pas rien. En simple, j’ai perdu sur des adversaires plus fortes que moi, à deux reprises contre Pliskova, j’ai aussi été un peu malade à Saint-Pétersbourg. Ça suit son cours, mais la motivation et l’énergie sont à 100 %. »

Et pas question non plus de toucher à la cellule familiale qui l’entoure, ni même d’étoffer le staff. Présents mardi, père, mère et frère, devenu désormais le référent technique de Kristina, sont ses meilleurs alliés. Et plus encore depuis sa séparation brutale et mal vécue d’avec son coach, l’Allemand Sascha Bajin, en novembre dernier. « Aujourd’hui, je me sens extrêmement bien comme ça. J’avais essayé avec ce qui se fait de mieux dans le monde chez les entraîneurs. Côté travail, j’étais très satisfaite, mais ça ne fait pas tout. Les gens ne sont pas très droits. C’est plus une perte d’énergie que du bonus. J’ai beaucoup appris de cette leçon. Je suis très contente de la manière dont ça se passe avec mon frère, dont on communique. Il me connaît, il connaît le tennis. Je me sens bien dans mes baskets et on va continuer comme ça », assure-t-elle.

Corinne Diacre a aligné un duo composé de Marie-Antoinette Katoto et Kadidiatou Diani en attaque contre le Canada ce mercredi (17 heures), lors du premier match du Tournoi de France.

Pour le premier match du tournoi de France face au Canada ce mercredi (17 heures), Corinne Diacre a aligné un duo composé de Marie-Antoinette Katoto et Kadidiatou Diani en attaque. Eugénie Le Sommer, qui revient d’une blessure à un mollet, est remplaçante.